Posts de [email protected]

URGENT – OFFRE D’EMPLOI SAGE-FEMME

Un cabinet de sages-femmes recherche une sage-femme à temps partiel ou complet pour assurer le suivi de grossesse et post-natal à domicile, au cabinet ainsi que le suivi gynécologique (facultatif) au sein d’une Maison de Santé du Bourg de Matoury : Sage-femme échographiste, échographiste référent, 3 sages-femmes cliniciennes médecins généralistes, pneumologue, dermatologue, psychologue, podologue, diététicienne …
Participation possible à des projets de santé publique et au projet actuel d’Isanté (cabine avec objets connectés pour téléconsultation assistée, télé-expertise …)
Exercice mixte Hôpital ville avec prime allant jusqu’à 2000€/ an.
Prime d’installation possible (allant jusqu’à 34000€ sur 5 ans).
Jeune diplômée acceptée, possibilité d’accompagnement plus long si débutant en libéral.
Patientèle variée socialement et culturellement.
Cabinets et salle de préparation à la naissance « Bien-être », ergonomique, très lumineux et accueillants.
Licence logiciel métier et maintenance système d’information pris en charge par la structure.
Contactez Sophie Berthiot, Sage-femme au 06 94 96 51 43 ou [email protected]

Recherche sage-femme sur Cayenne

Un cabinet de sages-femmes situé sur Cayenne recherche à partir du 1er Mars 2024, une sage-femme libérale pour une activité de remplacement à temps plein jusqu’au 31 Octobre 2024, avec perspective de collaboration à long terme.
le local offre un espace de consultation pratique et moderne, avec des salles de tailles variées (14m2 et 15m2) avec une salle donnant un accès indépendant sur l’extérieur qui peut être un avantage pour certains praticiens.
La salle d’attente commune et la possibilité de l’étendre à l’extérieur offrent également une flexibilité pour accueillir les patients dans un environnement confortable.
Les domaines d’activité du cabinet sont variés : suivi gynécologique de prévention, consultation gynécologiques adolescentes, consultations de suivi de grossesse, préparation à la naissance et à la parentalité, rééducation périnéale, visites à domicile dans les cadres de PRADO et surveillances des grossesses pathologiques sur prescription médicale.
Pour plus de précision ainsi que la programmation d’un échange dès que possible, contactez :
ATTY Stéphanie 06 94 26 54 28
BATONAT Maryse 06 94 28 75 58

Informations « C2S » du PLANNING FAMILIAL 973

Il est temps de vous annoncer que le Centre de Santé Sexuelle du PLANNING FAMILIAL 973 à Saint-Laurent du Maroni est pleinement opérationnel. Vous trouverez ci-joint le dépliant de présentation du C2S, ils sont également disponibles dans leurs locaux.
Leurs missions :
  • Ecoute, conseils, informations autour des diverses questions entourant la sexualité,
  • Suivi gynécologique de prévention : dépistage des cancers du seins et du col de l’utérus, examen gynécologique si besoin, …
  • Contraception : prescription, pose, retrait des différents moyens de contraception,
  • Dépistage : prescription des dépistages des IST et traitement des infections locales,
  • IVG : échographie de datation, entretiens psycho-sociaux, IVG médicamenteuses, relai vers le CHOG si besoin
Ils participent également au déploiement de l’offre en Education à la Vie affective, Relationnelle et Sexuelle (EVARS) dans l’Ouest guyanais et peuvent intervenir en milieu scolaire, en milieu associatif, maisons de quartiers, lors d’évènements sur demande.
Ils accueillent tout public, homme, femme ou autre, sans condition d’âge, de lieu de résidence ou de couverture par la sécurité sociale.

POURVU – Périnat Guyane recherche Coordinateur(trice) référente Ouest Guyanais – Prise de poste immédiate

Qualités et compétences recherchées :
•Diplôme de Sage-femme ou profil santé publique
•Compétences en Santé Publique
•Expérience du travail en réseau appréciée (stage ou travail effectif de terrain)
•Sens du relationnel, mobilité, autonomie
•Connaissance de la Guyane appréciée

Caractéristiques du poste :
Basé à St Laurent du Maroni, au Réseau Périnat Guyane, Guyane française
Déplacements possibles sur l’ensemble du territoire

Type de contrat proposé :
CDI ou mise à disposition
Temps de travail : temps plein (35 heures par semaine, heures supplémentaires récupérées)
Congés à organiser avec les autres coordinateurs et après validation par la coordinatrice régionale afin d’assurer la continuité de mission sur l’ensemble du territoire
Salaire en fonction du diplôme avec reprise de l’ancienneté.

Contacts :
La lettre de motivation, accompagnée d’un CV, doit être rédigée à l’attention du Président, Dr Herliche FAGLA.
Les candidatures doivent être adressées par mail à l’adresse suivante : [email protected]

POURVU- Périnat Guyane recherche Sage-femme Coordinateur(trice) Régional(e)

Profil :
Sage-femme expérimentée (5 ans d’exercice minimum dans la profession de sage-femme) ayant une formation complémentaire en Santé Publique et/ou ayant une expérience au sein d’un DSRP (ancien réseau de périnatalité).

Compétences :
. Connaissance des prises en charge des grossesses et des nouveaux nés
. Connaissance des professionnels de la périnatalité de la région Guyane
. Capacité à animer et organiser un réseau de professionnels
. Connaissance en épidémiologie et santé publique
. Connaissance en montage et suivi de projets
. Capacité à gérer et organiser une équipe, un groupe de travail, en interdisciplinarité
. Capacités rédactionnelles et de communication
. Connaissance et utilisation des moyens informatiques
. Qualités relationnelles facilitant le travail en réseau

Détails des missions sur la fiche de poste

Type de contrat proposé :
CDI, grille de salaire Fonction Publique Hospitalière, en fonction de l’ancienneté.
Contacts :
La lettre de candidature, accompagnée d’un CV, doit être adressée (par mail de préférence) à : Dr Herliche FAGLA, Président [email protected]
Pour des renseignements complémentaires sur le poste, vous pouvez contacter Mme Stéphanie BERNARD, Sage-femme coordinatrice Régionale : [email protected]

POURVU – Le Réseau recherche un(e) référent(e) parcours grossesses adolescentes Ouest Guyane

Identification du poste :
– Intitulé du poste : Référent parcours grossesses adolescentes Ouest Guyane
– Statut : CDD de 18 mois
– Date d’affectation : immédiate
– Temps de travail : temps plein (35 heures par semaine, heures supplémentaires récupérées)

Missions du poste:
Le référent grossesses adolescentes Ouest guyanais a pour missions :
– Assurer la cohérence et la coordination des parcours complexes des adolescentes enceintes et/ou jeunes accouchées, sur le territoire ouest Guyane
– Assurer l’accompagnement des adolescentes incluses dans le parcours en lien avec leur famille
– Participer à la connaissance des partenaires et des usagers du dispositif

Les candidatures sont à rédiger à l’attention du Président du Réseau Périnat Guyane et à envoyer par mail (CV + lettre de motivation), à :
Stéphanie Bernard
Sage-femme Coordinatrice Régionale Réseau Périnat Guyane [email protected]
Copie à
Aline Talbot
Référente parcours grossesses adolescentes Est Guyane
[email protected]

Exploitation des données de santé des nourrissons et du jeune enfant à partir des trois certificats de santé

Les certificats de santé de l’enfant (CSE) constituent une source de données indispensable malgré les défauts actuels. Il s’agit d’une des seules sources de données avant l’âge scolaire qui recouvre la période des 1 000 premiers jours (de la conception jusqu’aux 2 ans de l’enfant). L’exploitation des CSE sera pertinente si leur taux de remplissage et de retour s’améliore de façon significative.

 

Retrouvez l’article complet sur le site du HCSP .

 

On parle de nous !

Dans son édition du 23 juin 2023, l’ARS ( Agence Régionale de Santé) est revenue sur la journée portes ouvertes organisée par l’ensemble des réseaux.

C’était l’occasion de rencontrer et d’échanger avec nos partenaires actuels et futurs, d’inaugurer la plaque en hommage à la défunte Marie-Louise NOUVELLET (directrice de la MAIA), décédée en février dernier.

Au programme:

-la présentation des différents réseaux (RESAU PERINAT GUYANE, KIKIWI, ONCO, CARG, MAIAI);

-des ateliers de prévention sexuelles et des animations menées par le réseau KIKIWI.

Le calendrier des vaccinations 2023

La politique de vaccination est élaborée par le ministre chargé de la santé qui fixe les conditions d’immunisation, énonce les recommandations nécessaires et rend public le calendrier des vaccinations après avis de la Haute autorité de santé (HAS).

Le calendrier des vaccinations fixe les vaccinations applicables aux personnes résidant en France en fonction de leur âge, émet les recommandations vaccinales « générales » et des recommandations vaccinales « particulières » propres à des conditions spéciales (risques accrus de complications, d’exposition ou de transmission) ou à des expositions professionnelles.

NB : Ce calendrier finalisé en mars 2023 ne prend pas en compte les recommandations qui pourront être émises ultérieurement.

Il ne détaille pas non plus les vaccinations contre la COVID 19 qui figurent sur le site du ministère chargé de la santé dans la rubrique vaccination COVID-19, et sur l’espace réservé aux professionnels de santé sur le site vaccination info services.

Télécharger le calendrier des vaccinations 2023

 

 

*source: https://sante.gouv.fr/prevention-en-sante/preserver-sa-sante/vaccination/calendrier-vaccinal

Changement horaires ligne d’écoute

Après quelques mois d’existence de la ligne d’écoute SIS Guyane et suite à l’analyse approfondie des statistiques d’appels, nous avons décidé de modifier les horaires d’une des journées d’ouverture.

En effet à partir de lundi prochain (le 18 juillet), nous répondrons les lundis de 9h à 15h. Les mercredis et vendredis restent aux mêmes horaires précédemment indiqués.

Réseau Périnat Guyane recherche sa future coordinatrice référente pour l’ouest de la Guyane….

Le Réseau Périnat Guyane recherche sa future coordinatrice référente pour l’ouest de la Guyane à Saint – Laurent du Maroni.
Ville riche en interculturalité située le long fleuve Maroni, à la frontière avec le Suriname en Amazonie. L’environnement naturel y est exceptionnel ; amateur de nature et de randonnées, Saint Laurent saura vous combler 🤩.
Les missions du poste sont riches et variées : gestion de projets, stratégie en santé, formation, santé communautaire… Des déplacements réguliers sont à prévoir en communes isolées et sur l’île de Cayenne.
N’hésitez pas à nous contacter pour tous renseignements.
Les candidatures doivent être adressées par mail aux deux adresses suivantes :

MODALITÉS D’ACCOUCHEMENT ET VÉCUS DE FEMMES SOUFFRANT DE VAGINISME

Sage Femme pratique (SFP) vous invite à lire l’article paru le 14/06/2022 sur : Le vaginisme est associé selon les études à un pronostic obstétrical très défavorable et peut être un motif de césarienne programmée. afin d’évaluer les besoins et anticipations identifiés chez les femmes concernées par le vaginisme et envisageant une grossesse, et de connaître les modalités d’accouchement et le vécu en post-partum des femmes ayant déjà […]

Alison PASSIEUX, Paris

Lien de connexion :

Virus de la variole du singe et grossesse : qu’est-ce qu’un obstétricien doit savoir ?

Virus de la variole du singe et grossesse : qu’est-ce qu’un obstétricien doit savoir ?

Olivier Picone, Christelle Vauloup-Fellous

www.grig.fr

Le Monkeypox Virus (MPXV) – ou virus de la variole du singe – est un virus appartenant à la famille des Poxviridae et au genre Orthopoxvirus. Il s’agit d’un virus de grande taille (200 x 300 μm) à ADN double. Pour l’instant, en France il reste classé dans le groupe 3 selon la liste des agents biologiques pathogènes.

Le MPXV est un virus endémique sur le continent africain (Afrique de l’Ouest et Afrique centrale). Deux clades de MPXV génétiquement distincts sont décrits : le clade du bassin du Congo (Afrique centrale) et celui d’Afrique de l’Ouest. Le clade du bassin du Congo est plus prévalent que celui d’Afrique de l’Ouest et a été décrit dans le cas de transmission interhumaine, à la différence de celui d’Afrique de l’Ouest, pour lequel la transmission était d’origine animale (pour les cas documentés) jusqu’en 2022. Sur le plan génétique, les données récentes disponibles pour quelques cas autochtones observés en 2022 au Royaume-Uni indiquent que le virus appartient au clade d’Afrique de l’Ouest.

Jusqu’à présent, les modes de transmission du MPXV ont été essentiellement documentés lors d’épidémies survenues en Afrique à partir de contacts directs avec des liquides biologiques ou des lésions cutanées (vésicules) d’animaux infectés. La transmission interhumaine peut résulter de contacts étroits avec des lésions cutanées (vésicules) ou muqueuses d’une personne malade (muqueuses buccales, génitales, conjonctives, voire cornée) ou de manière indirecte, après contact avec des objets ou matériels (literie, linge, vaisselle…) récemment contaminés par des liquides biologiques. Les lésions muqueuses précèdent les lésions cutanées, ce qui pourrait expliquer que le MPXV soit transmis au début principalement par la salive et les gouttelettes respiratoires après un contact face à face prolongé. Le risque de transmission par contact direct avec le sang semble limité compte tenu de la brièveté de la virémie : 1 à 2 jours précédant l’apparition des lésions muqueuses puis cutanées. Le diagnostic se fait par écouvillonnage et PCR au niveau des lésions. Acheminement du prélèvement par triple emballage vers laboratoire L3 pour diagnostic en ESR (ou autre établissement de santé désigné par l’ARS), CNR ou CIBU (https://www.coreb.infectiologie.com/UserFiles/File/procedures/20220525-fichemonkeypox-vf.pdf).

La majorité des cas rapportés à ce jour est survenue dans la communauté HSH, même si d’autres circonstances ont également été signalées. Bien que le contact physique étroit avec les muqueuses de personnes infectées soit un mode de transmission bien établi, la question se pose de savoir si le MPXV peut être transmis aussi par voie sexuelle, ce qui le définirait comme un agent infectieux responsable d’infection sexuellement transmissible (IST).

Très peu de cas d’atteinte par le virus de la variole du singe ont été décrits pendant la grossesse. La transmission au cours de la grossesse, via le placenta ou au cours de l’accouchement lors de contacts avec les liquides biologiques, est possible sans que le risque ait été bien quantifié. Sur 4 femmes infectées, Mbala et al. (1), a décrit une issue favorable, deux fausses couches et une mort in utero avec des signes cliniques chez le fœtus et une infection biologiquement prouvée. Il n’existe donc aucune donnée sur le taux de transmission et le risque exact pour la grossesse. Il n’y a pas de données sur l’influence de la maladie sur la grossesse ou de la grossesse sur la maladie mais cela peut potentiellement être une situation à risque (2).

La HAS (3) recommande que les cas contacts soient vaccinés dans les 4 jours qui suivent le contact par le vaccin antivariolique de 3e génération qui donne moins d’effets secondaires que les vaccins plus anciens. Ce vaccin, à base d’un virus vivant non réplicatif, n’est en théorie pas recommandé pendant la grossesse. Il existe un manque de données sur les possibles conséquences de ce vaccin pendant la grossesse mais les risques théoriques et les études animales sont très rassurantes.

Le COREB classe les femmes enceintes comme à risque de forme grave. Il est proposé que les femmes enceintes, particulièrement les soignantes, ne soient pas en contact avec les cas possibles d’infection par le virus de la variole du signe. En cas de contact étroit, notamment par le toucher ou en l’absence de masque, une vaccination dans les 4 jours suivant pourra se discuter. En cas d’infection prouvée, il n’existe pas de traitement spécifique, et les immunoglobulines ne semblent pas indiquées (4).

Tout cas contact et toute infection prouvée doivent être déclarés.

Les soignants en périnatalité doivent se tenir au courant de l’évolution épidémiologique de la situation.

Liens utiles : Veille scientifique réalisée par l’ANRS : maladies infectieuses émergentes :

https://bit.ly/3FZZ6NH

 Infection au Monkeypox virus : repérer et prendre en charge un patient en France : https://www.coreb.infectiologie.com/UserFiles/File/procedures/20220525-fichemonkeypox-vf.pdf

https://www.coreb.infectiologie.com/fr/monkeypox.html

Monkeypox : vacciner les adultes et professionnels de santé après une exposition à la maladie

https://www.has-sante.fr/jcms/p_3340419/fr/monkeypox-vacciner-les-adultes-et-professionnels-de-sante-apres-une-exposition-a-la-maladie

Laboratoire : CNR Laboratoire Expertdes orthopoxvirus, tél : 06 03 87 58 59

1-       Maternal and Fetal Outcomes Among Pregnant Women With Human Monkeypox Infection in the Democratic Republic of Congo. Mbala PK, Huggins JW, Riu-Rovira T, Ahuka SM, Mulembakani P, Rimoin AW, Martin JW, Muyembe JT. J Infect Dis. 2017 Oct 17;216(7):824-828. doi: 10.1093/infdis/jix260.

2-       Toward Understanding the Outcomes of Monkeypox Infection in Human Pregnancy. Kisalu NK, Mokili JL. J Infect Dis. 2017 Oct 17;216(7):795-797. doi: 10.1093/infdis/jix342.

3-       https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2022-05/avis_n2022.0034_sespev_du_20_mai_2022_du_college_de_la_has_relatif_a_la_vaccination_contre_la_variole_du_singe_monkeypox_vir.pdf

4-       The role of the obstetrician-gynecologist in emerging infectious diseases: monkeypox and pregnancy. Jamieson DJ, Cono J, Richards CL, Treadwell TA. Obstet Gynecol. 2004 Apr;103(4):754-6. doi: 10.1097/01.AOG.0000114987.76424.6d.

Les professionnels de santé acteurs de la protection de l’enfance

Dans le cadre du partage des informations en protection de l’enfance, nous vous informons que le département de la Gironde met en ligne un outil de formation, gratuit, ouvert à tous et dans la durée.
Il s’agit d’un MOOC (Massive Open Online Course) destiné aux professionnels de la protection de l’enfance.
Ce cours en ligne s’intitule « les professionnels de santé acteurs de la protection de l’enfance », vous pourrez le retrouver sur : https://mooc.gironde.fr en créant votre compte personnel et gratuit.

Médicaments et grossesse : Enceinte, les médicaments, c’est pas n’importe comment!

Une grossesse se prépare, en particulier si vous prenez des médicaments, qui peuvent être dangereux pour votre enfant.
En principe, les médicaments, y compris ceux vendus sans ordonnance, doivent être évités pendant la grossesse.
Parlez-en toujours avec votre professionnel de santé : lui seul peut vous conseiller et décider si vous pouvez oui ou non prendre un médicament.

Lien de connexion : 

Planning des permanences juridiques et d’aide aux victimes AGAV – CIDFF

 l’AGAV – CIDFF met à votre disposition un planning des permanences juridiques et d’aide aux victimes de l’association ainsi qu’une fiche d’orientation si vous souhaitez nous orienter directement un‧e justiciable.

Qui orienter vers notre association ?

  • Les victimes d’infractions pénales et/ou leur famille :

Exemple d’infractions pénales : cambriolage, braquage, violences, viol, agression sexuelle, homicide et tentative, accident de la circulation, etc.

Nous informons les victimes sur leurs droits et les accompagnons tout au long de la procédure : avant ou après plainte, aide à la rédaction de plainte au procureur, suites de la plainte, constitution de partie civile, demande de dispositifs de protection (ordonnance de protection, téléphone grave danger, mise à l’abris), préparation et accompagnement aux audiences, demande d’aide juridictionnelle pour être représenté‧e par un avocat, demande de copie de jugement, démarche d’indemnisation, etc.
 
L’ensemble des victimes peuvent également bénéficier d’une prise en charge psychologique.
Pour les victimes de violences sexuelles et/ou intrafamiliales nous disposons également d’un accueil de jour sans rdv, et nous proposons des ateliers tout au long de l’année (art thérapie, groupes de paroles, couture, estime de soi, etc.).
  • Les personnes souhaitant des informations sur leurs droits : 
Droit de la famille (demande d’autorité parentale, délégation d’autorité, pension alimentaire, informations PACS, divorce, garde d’enfants, etc), 
Droit du travail (harcèlement au travail, accident de travail, licenciement abusif, information rupture conventionnelle, etc); 
Droit des étrangers (uniquement pour les victimes) : les femmes étrangères victimes de violences qui souhaitent être régularisée.

Nouvelle session IFE – Intégration Femmes Etrangères

Afin de favoriser l’insertion sociale, professionnelle et citoyenne des femmes primo-arrivantes en Guyane, l’AGAV – CIDFF met en place des ateliers collectifs depuis 2020.
Une nouvelle session débutera mi-septembre pour une durée de 12 semaines.
Ces ateliers se déroulent les jeudis et vendredis après-midi au 7 bis rue madame Pichevin à Cayenne.
Les femmes bénéficieront également, si besoin, d’un accompagnement juridique individuel et personnalisé.

Vaccination et pass sanitaire, point de vue et recommandations du CNGOF

     

COVID-19 

Vaccination et pass sanitaire, point de vue et recommandations des gynécologues-obstétriciens 

En préambule, concernant la grossesse, le CNGOF et le GRIG rappellent une nouvelle fois l’intérêt de la vaccination généralisée et soutiennent la vaccination obligatoire pour les soignants. 

Ils soulignent en outre que le pass sanitaire n’inclut pas que la vaccination, mais aussi des tests biologiques récents. Ainsi, un patient avec un test récent négatif a les mêmes droits qu’un patient vacciné. 

 

Le CNGOF et le GRIG font le point sur plusieurs situations clefs 

1) Vaccination obligatoire pour certains métiers

Que faire au cours du premier trimestre de la grossesse ? Cette situation expose les femmes au risque d’être sanctionnées si elles ne se vaccinent pas et peut les obliger à annoncer leur grossesse très précocement à leur employeur. La vaccination contre la COVID-19 est possible pendant toute la grossesse, y compris au premier trimestre (Avis de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), du comité sur la stratégie vaccinale d’Alain Fischer et du conseil scientifique, juillet 2021). Nous considérons cependant qu’il n’est pas possible d’obliger les patientes à se vacciner au premier trimestre. En effet, le risque de fausse-couche spontanée à ce terme est important et il ne faudrait pas qu’une relation de cause à effet soit établie de façon inappropriée entre la réalisation de la vaccination et la fausse-couche spontanée. Le recours à des tests PCR ou antigéniques fréquents, sur prescription pour que les patientes bénéficient d’une prise en charge, constitue une alternative. 

2) Suivi de grossesse

Il est indispensable que la prise en charge des grossesses puisse se poursuivre dans les conditions habituellement requises. Le pass sanitaire ne s’applique pas aux patientes. Toutes peuvent donc consulter, en urgence ou non, sans contrôle du pass sanitaire. Il faut insister auprès des patientes enceintes sur la nécessité de se faire vacciner. 

3) Situation du co-parent

Il n’est pas un simple visiteur mais est un acteur de soins. En tant que tel, quand les visites à l’hôpital étaient officiellement interdites, le co-parent a été accepté dans la grande majorité des établissements de santé. Lors de l’accouchement et en post-partum, le co-parent sans pass sanitaire doit pouvoir aussi être présent, même s’il doit absolument être incité à respecter les règles de distanciation et d’hygiène. Il doit aussi être encouragé à se faire vacciner ou à réaliser un test PCR à l’approche du terme. Tout autre visiteur doit être à jour de son pass sanitaire et les visites doivent toujours être limitées en fonction des organisations locales. 

4) Lors des consultations de suivi ou des échographies :

Le co-parent avec pass sanitaire peut être accepté : soit il est vacciné, soit il a anticipé la consultation en réalisant un test biologique. 

Dans une période de très forte tension dans les maternités par manque  important de personnel médical et paramédical, le contrôle des pass sanitaires ne peut pas reposer sur le personnel des maternités.

Voir ou revoir : L’endométriose en pratique de terrain : expérience en Pays de la Loire

Visionnez dès à présent le replay du webinaire : L’endométriose en pratique de terrain : expérience en Pays de la Loire diffusé le Jeudi 8 juillet 2021 dernier

Modérateurs :

Pr Vincent Letouzey – (Gynécologue-obstétricien, CHU Nîmes)
Pr Guillaume Legendre – (Gynécologue-obstétricien, CHU d’Angers)

Invités :

Mme Marlène Berteau-Mevel – Sage-femme, Angers
Dr Laurence Wittrisch – Gynécologue, Le Mans

Lien de connexion :

Droits et épidémies : le CNS publie un Avis sur les acquis de la lutte contre le VIH

Le Conseil national du sida et des hépatites virales (CNS) publie aujourd’hui un Avis intitulé « La lutte contre le VIH/sida : une démarche, des savoirs et des pratiques pour servir aux enjeux du présent ».

Le CNS a souhaité engager une réflexion sur les acquis de la lutte contre le VIH/sida et leur utilité en réponse à la crise épidémique présente et aux épidémies à venir.

En dépit de ses singularités, l’expérience de la lutte contre le VIH/sida peut aujourd’hui faire école compte tenu de défis communs soulevés par les épidémies, en particulier l’urgence, l’incertitude et l’émotion ainsi que la nécessité de bâtir une réponse éthique, internationale et solidaire.

Retrouvez l’Avis et le Communiqué de presse du CNS

English version 

Indications priorisées du lait de lactarium issu de don anonyme

La HAS élabore des recommandations de bonnes pratiques relatives à l’utilisation du lait issu de don anonyme et mis à disposition de lactarium (mai 2021).

Ces recommandations ont pour objectifs de :

  • proposer une réponse graduée en termes d’indications en fonction de la capacité
    de production des lactariums afin que les besoins essentiels soient prioritairement couverts ;
  • homogénéiser les pratiques professionnelles en termes d’indications du lait de
    lactarium ;
  • permettre à tout nouveau-né de se voir prescrire du lait de lactarium issu de don si le lait
    de la propre mère n’est pas disponible.

Elles définissent les indications de délivrance sur prescription médicale de lait humain par les lactariums. Le lait humain est différent du lait maternel (cru) puisqu’il a subi un traitement et se présente sous forme pasteurisée, congelé ou lyophilisé.

Fiche mémo

Fiche outil

La PrEP peut désormais être prescrite par les médecins de ville

Depuis le 1er juin 2021, la prophylaxie pre-exposition (PrEP) n’est plus seulement disponible en CeGIDD ou à l’hôpital, elle peut désormais être prescrite par un médecin de ville, que ce soit pour un renouvellement d’ordonnance ou une primo-prescription. Selon le Ministère des Solidarités et de la Santé, « une offre de formation (FormaPrEP) a été développée par et pour les professionnels, pour les guider dans leur abord de la santé sexuelle, et la prescription de la PrEP dans des conditions de sécurité optimales pour le patient ». Formation DPC en ligne, gratuite.

Cette avancée majeure intervient après la mobilisation d’associations de lutte contre le VIH-Sida et le constat d’une baisse de dépistage et une augmentation des IST pendant la pandémie Covid.

Cette nouvelle mesure permettra un meilleur accès au traitement et ainsi de réduire les nouvelles contaminations au VIH.

La PrEP est une stratégie de réduction des risques en santé sexuelle, à base d’antirétroviraux, à destination des publics séronégatifs à haut risque d’acquisition du VIH. Elle peut être prise en continu ou en prévision d’un rapport à risque, selon un schéma particulier.

Mise à jour des recommandations liées à la pratique de l’IVG médicamenteuse

« Dans une lettre du 22 septembre 2020, le ministre des Solidarités et de la Santé a saisi la HAS afin que soit examinée la révision du protocole de l’IVG médicamenteuse, que ce soit en ville ou en établissement de santé, jusqu’à 9 SA, en prenant en compte leurs spécificités respectives. » L’objectif de cette actualisation est, à terme, de permettre l’IVG médicamenteuse en ville à 9SA.

L’actualisation porte, en grande partie, sur la stratégie médicamenteuse à adopter selon le terme (< 7SA ou entre 7 et 9SA) et l’intégration de la téléconsultation. La séquence des consultations reste quant à elle inchangée.  Il est rappelé l’opportunité de proposer un dépistage des infections sexuellement transmissibles au cours de la deuxième consultation et d’aborder précocement la contraception ultérieure.

Recommandations HAS

Résultats de l’enquête EPIPAGE 2 – à 5 ans 1/2

L’enquête EPIPAGE s’intéresse au devenir des enfants nés prématurément avant 35SA par suivi de cohorte. Sur 4441 enfants inclus à la naissance, le devenir de 3083 enfants a été interrogé.

Les enfants ont aujourd’hui atteint l’âge de cinq ans et demi. « L’âge de 5 ans et demi correspond à un moment clé du développement de l’enfant permettant notamment le diagnostic de difficultés d’apprentissage et l’étude des compétences cognitives qui avant cet âge sont beaucoup plus difficiles », souligne Pierre-Yves Ancel, service de santé publique et médecine sociale de l’hôpital Cochin AP-HP (Unité CIC mère enfant), responsable de l’équipe EPOPé.

L’équipe constate que 35% des extrêmes prématurés et 45% des grands prématurés auront un développement proche de la normale. Ces enfants nécessitent cependant un suivi pluridisciplinaire pour la prise en charge de leurs difficultés dans les domaines moteur, sensoriel, cognitif et du comportement. En effet, 28% des 24-26 semaines, 19% des 27-31 semaines et 12% des 32-34 semaines, présentent des troubles sévères ou modérées du neurodéveloppement. Ceux-ci sont plus fréquents dans les familles avec un faible niveau socio-économique. Par ailleurs, plus la prématurité est grande, plus la scolarité doit être adaptée. Ainsi, 27% des extrêmes prématurés ont besoin d’une assistance à l’école

La fréquence de ces difficultés confortent le rôle prépondérant des réseaux de suivi permettant un repérage et un accompagnement précoce des enfants. Cet accompagnement représente également un soutien non négligeable pour les parents qui se montrent très inquiets à l’égard du développement de leur enfant.

La cohorte sera à nouveau interrogée à l’âge de 10 ans.

Pour lire l’enquête. 

Mini-série Femmes et VIH

Découvrez la série informative « VI(H)E au féminin », issue des travaux de la commission Femmes de la Coordination Régionale de Lutte contre le VIH (COREVIH) Ile-de-France Est, en partenariat avec les étudiant-es de l’école e-artsup.
A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le SIDA 2020, le COREVIH Ile-de-France Est s’engage aux côtés des femmes vivant avec le VIH pour lutter contre les discriminations et stigmatisations qu’elles vivent dans la sphère privée. En 5 épisodes de 45 secondes, cette série aborde avec clarté des thèmes comme le désir de maternité, la sérodifférence au sein du couple et la prévention diversifiée auprès des jeunes.

Obtention de la certification Qualiopi

Pour satisfaire à l’obligation de certification des organismes de formation qui bénéficient de financements publics ou mutualisés, le Réseau Périnat s’est soumis à un audit initial de contrôle réalisé par AFNOR.
Qualiopi atteste de la qualité du processus mis en oeuvre par les prestataires d’actions concourant au développement des compétences.

Le Réseau Périnat a été certifié conforme au Référentiel National Qualité au mois de décembre 2020, il dispose ainsi d’une certification ayant une durée de validité de 4 ans.

Grève des sages-femmes en Guyane

Le 26 Janvier 2021, les sages-femmes de Guyane se sont mobilisées afin d’alerter sur la situation de leur profession sur le territoire.
Les sages-femmes de Guyane souhaitaient  par cette action défendre leur statut de professionnel médicaux avec un niveau BAC+5, un droit de prescription, au même titre que les autres professions médicales.
Des sages-femmes du Centre Hospitalier de l’Ouest Guyanais (CHOG) se sont regroupées devant le pole femme-enfant afin de manifester.
Au niveau national aussi, la mobilisation a été suivie, une délégation a été reçue au cabinet du Ministre de la Santé pour aborder les points suivants:
– Augmentation des rémunérations tout secteur confondu
– Augmentation des effectifs en lien avec les décrets de périnatalité
– Création d’une filière médicale au sein du titre 4 de la fonction publique hospitalière
– Gestion de la carrière des sages-femmes titulaires de la FPH par le Conseil National de Gestion
– Création d’un temps FIR pour les sages-femmes ayant une activité de recherche
– Ouverture de véritables négociations avec la CNAM pour la création de l’entretien post natal et la valorisation financière de la permanence des soins.
– Création d’une sixième année d’études.
La Guyane reste un territoire en perpétuel besoin de professionnel sur la périnatalité, notamment de sages-femmes.

Surdosage en vitamine D: alerte de l’ANSM

Des cas de surdosage de vitamine D chez de jeunes enfants ont été récemment rapportés suite à la prise de compléments alimentaires enrichis en vitamine D. Dans ce contexte l’ANSM publie une information en concertation avec les sociétés savantes de pédiatrie, le collège national des sages-femmes, les centres antipoison, l’ANSES et la FFRSP, recommandant de recourir aux médicaments et non aux compléments alimentaires afin de prévenir le risque de surdosage.

Vitamine D chez l’enfant : recourir aux médicaments et non aux compléments alimentaires pour prévenir le risque de surdosage – ANSM : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (sante.fr)

Visioconférence sur le cancer du col utérin

Le réseau est heureux de vous inviter, à la première session de 2021,  des Vendredis du réseau, qui aura lieu:

                                                      Vendredi 29 janvier 2021 de 19 à 21 h 

                                                                          en visioconférence 

 

Pour cette première séance de formation continue à l’attention des professionnels du territoire, nous proposons 2h de conférence et d’échanges sur le cancer du col utérin

 

  – 1: Épidémiologie du cancer du col et place de la vaccination contre l’HPV ( Dr Alain KAMGA, Gynécologue-obstétricien CHC)

– 2: Cancer du col et test HPV-HR : Dépistage primaire et suivi post-conisation ( Dr Nadia THOMAS, Gynécologue obstétricien CHC-CHK)

– 3 : Test HPV – Terminologie BETHESDA: mise au point de l’anatomo-cyto-pathologiste (Dr Kinan DRAKALSIBAI, Chef de service d’anatomie et de cytologie pathologiques CHC)  

https://teams.microsoft.com/l/meetup-join/19%3ameeting_MTk3YThmNTgtYmQ4OS00MTI3LWJjNGUtYmU1ZmNhN2FmNjJh%40thread.v2/0?context=%7b%22Tid%22%3a%221d7409a4-160b-42f7-a4d9-b876b0277d2d%22%2c%22Oid%22%3a%228453f641-07c3-4bc8-a061-ca712eddf88b%22%7d

 

Modification du parcours régional du dépistage auditif néonatal

2021 : Modification du parcours du dépistage auditif néonatal en Guyane

Pour rappel :

Tous les enfants nés sur le territoire doivent bénéficier d’un dépistage auditif à la naissance (Arrêté du 3 novembre 2014 : obligation nationale). Ce dépistage est soumis à l’accord des parents, et il est indolore pour l’enfant. Il doit être bilatéral et tracé sur le carnet de santé de l’enfant mais également sur son Guthrie.

Mise à jour du parcours :

Suite à la crise sanitaire subie en 2020, ce dépistage a été fortement impacté. Les ressources en professionnels spécialisés sur le territoire, notamment en médecin ORL, sont insuffisantes. Afin de limiter les retards de diagnostic de surdité chez les nourrissons, le parcours du dépistage auditif néonatal a été repensé afin de correspondre au possibilité régionale.

Depuis le 01/01/2021, seuls les enfants ne présentant aucune réponse au test auditif néonatal après deux essais sur les deux oreilles doivent être adressés chez l’ORL pour compléter le bilan.

Dans le cas où l’une des deux oreilles a été validée, la surveillance de l’audition doit être poursuivie au cours de la croissance de l’enfant, lors de visites régulières chez le pédiatre, le médecin généraliste ou à la PMI.

Elargissement de la vaccination contre le papillomavirus aux garçons

La Haute Autorité de Santé recommande d’élargir la vaccination HPV aux garçons par Gardasil 9. La vaccination des hommes, outre les protéger, permettrait une meilleure protection des filles et des femmes non vaccinées et réduirait la transmission des papillomavirus en population générale. La HAS engage donc les professionnels à proposer plus systématiquement la vaccination, la couverture vaccinale contre les HPV restant insuffisante en France (<30 %) au regard des objectifs fixés à 60% par le plan cancer 2014-2019. Chaque année, 1750 nouveaux cas de cancers HPV-induits apparaissent chez l’homme (4580 chez la femme)*

La HAS recommande :

  1.  L’élargissement de la vaccination anti-HPV par GARDASIL 9® (9HPV) pour tous les garçons de 11 à 14 ans révolus selon un schéma à 2 doses (M0, M6).
  2.  Un rattrapage possible pour tous les adolescents et jeunes adultes de 15 à 19 ans révolus selon un schéma à 3 doses (M0, M2, M6).
  3.  Le maintien d’une recommandation vaccinale spécifique par GARDASIL 9® (9HPV) pour les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes jusqu’à 26 ans révolus selon un schéma à 3 doses (M0, M2, M6).

Les vaccins ne sont pas interchangeables et toute vaccination initiée avec l’un d’eux doit être achevée avec le même vaccin. Le Haut Conseil de la santé publique recommande que toute nouvelle vaccination soit initiée avec le vaccin nonavalent Gardasil 9®.

Cette recommandation de vaccination est applicable au 1er janvier 2021.

Qui peut administrer le vaccin ?

  • un médecin ou une sage-femme,
  • un infirmier sur prescription d’un médecin ou d’une sage-femme,
  • dans un centre gratuit d’information, de dépistage et de diagnostic (Cegidd), un centre de planification familiale et certains centres de vaccination publics.

Pour rappel, la vaccination renforce les mesures de prévention du cancer du col de l’utérus mais ne se substitue pas aux mesures de prévention (dépistage des lésions du col par frottis ou test HPV). Même vaccinées, les femmes doivent bénéficier du dépistage selon les recommandations en vigueur.